Faire de notre vie une célébration constante, faire de chaque instant une louange,

veiller avec dignité à la beauté du monde, devenir présence qui embellit

l'ici et l'au-de-là-de-Tout.

CELEBRER LA VIE

Les cérémonies qui rythment la vie et la pratique spirituelle, sont autant d'enseignements. Préparer une cérémonie, en étudier les rites, les gestes, les textes et les symboles, célébrer, puis garder vivant l'esprit de chaque rite après que celui-ci ait eu lieu est en effet la transmission d'une pratique forte qui tourne irrémédiablement le regard sur nous, sur ce que nous sommes, sur notre présence et notre place dans le monde ainsi que sur notre lien avec les autres.

L'ordinaire des jours qui s'écoulent dans les cycles du zen voit plusieurs cérémonies s'alterner; ces rites célèbrent l'existence et ponctuent notre quotidien pour que nous apprenions à vivre en gratitude et en profondeur.

La cérémonie de l'aurore et du crépuscule, sont le moment quotidien où, après zazen, nous exprimons notre action de grâce envers la vie, les ancêtres, le monde, le cosmos et l'infinitude de dons que nous recevons sans cesse de toute direction. Le matin sont chantés les noms de tous nos ancêtres, et certains soutras, et le soir sont chantés soutras, matras de protection et dharani de compassion.

La cérémonie du temps médian, est célébrée au milieu du jour de manière moins formelle; elle est une pause qui nous ramène à nous recueillir et exprimer notre gratitude et notre énergie.

La cérémonie du Tenzo, est l'offrande de la nourriture qui a lieu avant chaque repas ; sont aussi offerts des fleurs et l'encens aux bouddhas de tous temps et toutes directions, aux ancêtres et à nos propres anciens. Les tobans (assistants du cuisinier) offrent encens et chants devant le feu de la cuisine puis rejoignent le réfectoire où le Tenzo (maitre de cuisine) au roulement de tambour invite tous les bouddhas et les ancetres , ainsi que les personnes absentes et l'univers tout entier à venir prendre place au repas de la communauté. Sont chantés les dharani de protection.

Ryaku Fusatsu, est la cérémonie célébrée à chaque nouvelle lune du calendrier. Elle est appelé "Prosternations du nouveau départ" dans notre communauté. Pendant ce très ancien rituel, nous contemplons nos vies fragiles avec bienveillance et une longue série de prosternations et de chants manifestent notre souhait profond de réconciliation avec nous mêmes et avec le monde. À cette occasion le maitre zen enseigne et asperge les pratiquants d'eau parfumée et d'encens exprimant des voeux de bonté à travers un rituel ésotérique .

Il y a ensuite les célébrations du calendrier annuel : 

Le Vesak, commémoration de la naissance, de la mort et de l'Éveil du Bouddha.Le Vesak est célébré lors de la première pleine lune du printemps.

Jodo-e, est une très simple et très belle cérémonie qui commémore l'Eveil et la libération du Bouddha Sakyamuni. Elle a lieu au lever du jour en direction de l'étoile du nord, et elle clôture une semaine intense de méditation silencieuse interrompue (retraite s'appelant Rohatsu). Pendant la nuit qui précède Jodo-e, dans notre communauté est lu le récit entier de la vie du Bouddha pour nous inspirer et nous toucher au coeur à travers cette vie qui fut sienne mais qui n'est autre que la notre.

Le 8 décembre.

Danpi Ho Honko, la commémoration d'Eka qui tranche son bras.

Alors qu'Eka alla voir le grand Bodhidharma , qui se tenait en zazen dans sa grotte et après avoir incessamment demandé au maitre de l'aider à se libérer alors que celui-ci demeurait imperturbable en état d'absorption, Eka se tranche le bras pour manifester sa foi et à la foi l'abandon total.

Cette commémoration célèbre notre engagement spirituel.

Honso, le grand départ. 

KITO

Le kito est un très ancien rite ésotérique chaman. Une puissante cérémonie d'amour et de compassion pour tous les êtres. Elle a lieu à la tombée de la nuit dans le recueillement silencieux et profond du dojo. Plusieurs rites sont célébrés par le maitre zen pendant que l'assemblée chante et répète les soutras accompagnés du tambour et de nombreux autres instruments. Les livres d'or des Sutras bouddhistes sont ouverts pendant que les moines crient des invocations. Ces cris sont la voix de ceux qui n'ont plus de voix, et nos corps deviennent les corps de ceux dont la vie a été meurtrie. L'absorption de cette énergie est offerte à une liste de noms qui sont chantés par le maitre de choeur, ces noms sont souvent ceux de personnes plongées dans la souffrance ou de situations douloureuses.

© 2023 par Sérénité. Créé avec Wix.com