Chanter pour devenir en ce monde

la voix de tous les êtres sensibles.

Dans le bouddhisme, et dans le zen, le chant recouvre plusieurs aspects :

(ci-dessous vous pourrez télécharger certains Sutras et leurs traductions)

 

  • La pure pratique: chanter ensemble est une pratique à part entière. Trouver l'harmonie, se fondre dans le Tout de la communauté humaine, trouver sa place, exprimer l'énergie commune harmonieusement. Quand nous chantons nous ne faisons que chanter, le chant sabre le flux agité des pensées, apaise l'esprit et distend le corps, la concentration est subite, syllabe après syllabe nous ne sommes que présence recueillie et vivante.

  • L'énergie du don: le chant est aussi une offrande. Un don. L'effort est considérable ; la justesse, l'harmonie, le ton, le rythme, la posture, le souffle, les pauses, la coordination, la réponse aux instruments. Tout cela sans but et sans objectif autre que celui d'être, et, en cet être présent et recueilli, actif dynamique et à la fois humblement absorbé dans le chant commun, s'exprime une des façons de nous offrir au monde généreusement.

  • L'énergie invisible: chanter est aussi activer nos énergies subtiles et invisibles. Les sons des instruments du temple ainsi que chaque onomatopée, chaque geste coordonné, incident sur l'ensemble de nos corps subtils et de nos consciences. Ce que nous chantons agit directement aux niveaux visibles (l'apaisement, le calme, la joie, l'énergie, la concentration, le relâchement, l'équilibre des fonctions vitales) ainsi qu'aux niveaux invisibles (notre mental, les points énergétiques du corps, les fonctions originelles biologiques, les émotions, les pensées, l'inconscient, notre dharmakaya, ainsi que l'incidence directe de nos vies sur les autres et sur le monde).

  • La confiance directe: nous chantons essentiellement des Sutras, c'est à dire les paroles, les enseignements, les poèmes, les émois, les éclats d'éveil imprégnés de la sagesse des maîtres qui écrivirent ces textes. Par là même nous nous abandonnons à leur présence mettant nos voix dans leurs voix.

  • La compassion sans limites: le chant de certaines Darani et de nombreux Mantras, ont été savamment écrits et conçus par les sages du passé pour que leur incidence ésotérique nous lie aux phénomènes et aux autres êtres de manière directe et intangible. Les effets mystiques sont nombreux. D'abord nous purifions corps et esprit par l'apaisement mental, puis à des niveaux subtils nous nous fondons dans l'objet même de notre pratique et/ou de notre dédicace et intention.

  • Concentration, intention et récitation ne deviennent plus qu'un avec le monde et les effets bénéfiques incarnés par le pratiquant se transfèrent abondamment bien au delà de lui-même. Celui qui chante, celui pour qui cela est chanté et ce qui est chanté sont indivisibles , et ne font plus qu'un.

La répétition du rythme et des sons des chants, apaise, concentre, favorise les déblocages physiques et émotionnels et multiplie les effets bénéfiques pour le corps et l'esprit.

 

Cette riche pratique existe dans toutes les traditions , les canons chrétiens, le dikhr musulman, la psalmodie hébraïque, les mantras brahamans, les litanies chamanes et bien d'autres.

Dans notre communauté le chant est un incontournable.

Nous chantons selon le mode traditionnel (psalmodie à cappella en mono-ton) accompagnés de la cloche, le tambour et le mokugyo ;  mais aussi selon la tradition occidentale des canons spirituels (à 3 voix); à la fois en japonais ou sino-japonais, sanskrit, pali, et en français pour tous les textes que nos maîtres zen Dainin et Taigu ont traduit.

Lors des cérémonies les chants sont accompagnés de flutes, violons, guitares, la harpe et le oud.

Pour respecter la tradition mais également vivre pleinement enracinés dans notre culture.

Lisez l'enseignement de notre maitre zen au sujet

des cérémonies ici        et du chant ici

Butchō Sonshō darani 仏頂尊勝陀羅尼

Il est chanté les jours de fête. Appelé aussi le Darani du Victoirieux, c'est un chant propre aux célébrations importantes.

C'est une Darani, mantra ésotérique dont chaque onomatopée recueille l'esprit et produit les effets liés à l'intention.

Daihishin darani 大悲心陀羅尼

Darani ésotérique invocation à l'Amour et la Compassion universels.

Chanté le matin des jours pairs.

Chanté pour les Kito (cérémonie d'amour et de compassion pour les êtres souffrants).

Chanté pour les cérémonies du Grand Départ.

Les darani sont des formules ésotériques d’invocation. Le Daihishin Darani est un texte dont l’origine très ancienne remonte au tantrisme chinois. L’invocation s’adresse à Kanon, l’être d’éveil qui incarne la compassion, l’expression compatissante des éveillés. Abondamment chanté au cours des rituels du zen , c’est une invocation dont la vibration émotionnelle se déploie par la simple prononciation des onomatopées translittérées depuis la langue sacrée par excellence, le sanskrit. On ne traduit pas les darani car leur sens ésotérique et leur pouvoir sont tenus plus dans la vibration que dans un sens intellectuel. Nous avons néanmoins essayé ici d’en rendre une interprétation et une traduction à la fois littérale et de « sens », pour que ce texte soit accessible.

Hannya shingyō 般若心経

C'est le Sutra le plus important pour le Bouddhisme Zen et Mahayana.

C'est le coeur de l'enseignement de la Prajna Paramita, enseignement qui à lui seul résume toute la portée de l'expérience du Bouddha Shakyamuni et de qui, comme lui, pénètre la sereine absorption méditative.

Il est chanté tous les jours et à toutes les cérémonies.

La Nuit du Vesak il est chanté 108 fois dans notre communauté.

Hōkyō Zanmaì 宝鏡三昧

Sutra qui chante la beauté de l'être vivant et son esprit vaste. Vaste comme un miroir au reflets infinis.

Il est chanté le matin des jours impairs, et lors des cérémonies de nuit ou de Transmission.

Gyōhatsu nenju 行鉢念誦

Le Sutra des repas est utilisé tout au long du repas formel zen. Le repas silencieux dans les oryoki (les bols monastiques de la transmission).

En dehors des temps de pratique formelle il peut etre utilisé chaque jour dans notre pratique maintenue au quotidien, à chaque repas à la maison. Notre maître federico Dainin Jôkô Sensei, a décrypté le sens et les nombreuses interprétations et traductions pour au final en écrire une version qui lui semble juste, fidèle, accessible, enrichie d'un déploiement contemplatif comme support de méditation et profondément séculier. 

Découvrez la cuisine zen SHOJIN RYORI en cliquant ici.

Sōtōshū nikka gongyō selten 曹洞宗日課勤行聖典

Vous trouverez ici, l'ensemble des textes principaux utilisés pour la pratique quotidienne et les cérémonies de l'Ecole du Zen Sôtô.

Les textes sont ici présentés en Kanjis, en anglais ainsi qu'en traduction phonétique romanji.

Tous les temples et les dojo zen Sôtô dans le monde utilisent la même source pour les chants, même si tous les temples, dojos, groupes zen, et enseignants officiels  de l'école Sôtô ne font pas le choix d'être administrativement affiliés au Bureau de la Soto-Shu.

Please reload

Sutras

le paisible chant du coeur

le puissant écho de l'univers

Livre de Louange de La Montagne Sans Sommet - temps ordinaire

Vous pouvez trouver ici les chants, Sutras, Mantras, Daranis, qui sont chantés en temps ordinaire au dojo et pendant les retraites.

Livre de Louange de La Montagne Sans Sommet - annexes

Vous pouvez trouver ici les chants, Sutras, Mantras, Daranis, supplémentaires utilisés pour des cérémonies et pratiques spéciales..

Please reload

© 2023 par Sérénité. Créé avec Wix.com